Panier 0

Toi aussi, t'es capable! | Myriam Boily

J’me rappellerai toujours à mes 17 ans à mon bal de finissants lorsque mes collègues discutaient de ce qu’ils allaient faire après le secondaire. La plupart savait exactement ce qu’il voulait être plus tard et moi je faisais partie des gens qui en avait aucune idée!

Du haut de mes 17 ans, presqu’une adulte, je ne savais pas encore ce qui m’attirait, en fait je n’avais aucune idée de qui j’étais. Du plus loin que je me rappelle, je n’avais jamais vraiment aimé la personne que j’étais. J’étais une personne réservée qui n’avait aucune idée dans quoi elle était habile.

Alors, je suis allée au Cégep et à l’Université, comme certains de mes collègues, sans trop y réfléchir. J’ai complété un baccalauréat en administration des affaires et je suis devenue coactionnaire d’un cabinet comptable à 24 ans. À 26 ans déjà, je gagnais presque le double du salaire de la plupart de mes amies et je signais l’achat de ma première maison seule. J’avais tout pour être heureuse non? Pourtant, j’avais toujours l’impression d’un vide dans ma vie…

Et vous savez à quel point ce n’est pas très bien vue de ne pas savoir ce que tu veux faire comme métier... Tu passes pour la fille instable qui ne sait pas ce qu’elle veut. Imagine! Annoncer à ton entourage que tu veux quitter ton emploi pour faire quelque chose que tu ne sais pas encore, t’es folle ou quoi? Pis tsé, quand t’es célibataire en plus, ça fait bizarre de rencontrer quelqu’un et lui dire que tu ne sais pas ce que tu veux faire comme travail à 26 ans! Non mais, branche-toi la fille (rire)!

C’est alors qu’à 27 ans j’ai décidé de m’offrir le plus beau cadeau de ma vie; quitter la sécurité pour l’inconnu. J’ai vendu mes parts dans le bureau comptable dans lequel j’étais coactionnaire. J’ai sacrifié un bon salaire et une stabilité pour sauter à pieds joints dans le vide! C’est sûr que ça n’a pas été facile, que j’ai parfois eu peur et que j’ai eu certains doutes. Mais n’oublie-pas que le courage c’est d’avoir peur et de continuer d’avancer.

Aujourd’hui je peux affirmer haut et fort que je ne changerais pas une minute dans ma vie. J’ai appris à me connaitre et j’ai surtout appris à m’aimer. Lorsque je ressens un vide dans mes projets, je sais qu’il est temps de sortir de ma zone de confort et d’essayer de nouvelles choses.

Alors toi qui n’as toujours pas trouvé ce qui te passionne, toi qui se sens découragée, dis-toi que tu n’es pas le ou la seul(e).

La seule chose que tu ne dois jamais perdre c’est l’espoir. Quand on y croit, tout est possible, crois-mois. Apprends à t’aimer, essaie de nouvelles choses, tu verras tu apprendras à te connaitre et t’accepter tel que tu es. Nomme tes rêves, écris-les et réalise-les!

Tu n’as qu’une seule vie à vivre et personne ne fera tes choix à ta place, alors qu’attends-tu? Écoute ton cœur et réalise tes passions, parce que toi aussi tu as le doit d’être heureux(se).

Rappelle-toi que ta seule limite c’est toi-même ;)

Avec amour,

Myriam



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire