Panier 0

Bye, 2018 | Vanessa Therrien

Quand on fait un bilan de son année, on a tendance à se souvenir juste du moins beau, pis à placer aux oubliettes ce qui a fait battre notre coeur pendant une -parfois- trop courte période de temps.
Et moi la première.
On dirait que pour avoir le sourire au quotidien, il faudrait que j’change ma façon de voir les péripéties pis les p’tits obstacles dans ma vie pour laisser plus de place au beau, pis moins d’place à ce qui m'donne des p’tits maux de tête.
Il faudrait que j’comprenne que c’est normal que du gris se pointe le bout du nez à un moment ou à un autre : mais que l’secret est surtout dans la façon de réagir aux embuches.
En 2019, j’ai envie de prendre du temps pis d'me dire que ma vie est belle - parce que mon dieu qu’elle l’est -. J’ai envie de focusser sur ce qui me fait sourire pis ce qui me donne des papillons, pis d’me dire que, de toute façon, j’peux souvent rien changer à c’qui me chavire le coeur.
J’ai envie d’apprendre à ne pas me mettre les sentiments des autres sur les épaules pis à ne pas me sentir responsable des maux du monde. En tant qu'hypersensible, j’pense que j’en ai déjà plein les bras à essayer de gérer mes propres émotions sans non plus m’sentir coupable de ce que les autres peuvent ressentir par-dessus le marché.
2018 a sans aucun doute été une année de changements pour moi. J’me suis souvent demandé si je m’étais trompée en cours de route et si mes angoisses étaient fondées. Des « j’pense que j’aurais du » ont cogné timidement à ma porte pour me faire douter, mais avec du recul, j’peux dire que mon instinct se trompe rarement : même s’il est souvent brouillé par mes 1001 questionnements.
La vie nous fait souvent passer par des drôles de chemins. Des fois tu t’ramasses dans un chemin digne d’une trail de montagne pas ouverte, pis d’autres fois tu te retrouves sur l’autoroute les fenêtres baissées par une belle soirée d’été. J’pense que c'est le mix de tout ça qui est sain pis réconfortant. Dans tous ces voyagements-là, il ne faut jamais oublier les chemins par lesquels on est passé, par contre, c'est notre devoir d'en sortir grandi.
Des fois, les mauvaises passes semblent nous arracher une partie de coeur pis nous fait penser qu’on ne pourra plus sourire comme avant. Tu t'sens fade, mais ce que tu sais pas c'est que pendant c'temps-là, juste à côté, sans que tu l’voies et sans que tu ne t’en aperçoives, y’a du beau qui se met en branle pour te faire apprécier ce que tu pensais qui n’était même plus possible. Pis ce beau-là vaut pas mal plus que les p'tits maux de coeur que t'as eus pis que tu risques de ravoir. J'ai envie d'te dire d'en profiter de ce beau-là, tu le mérites.
J’crois que parmi les montagnes russes que la vie nous offre, il faut savoir foncer les bras ouverts vers ce qu'on pense qui est la meilleure chose à faire, même si ça semble difficile. Après tout, le p'tit proverbe qui dit : "Qui ne risque rien n’a rien" fait pas mal de sens à mes oreilles. Pis quand tu prends quelques secondes pour y penser, le pire qui peut arriver, c’est que tu apprennes, tout simplement.
Ça, pour apprendre : j’ai appris, pis j’apprends encore. 2019, je t’attends les bras ouverts, montre-moi tout ce que t’as de plus beau, mais surtout : fais-moi sourire.
Van


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire