Panier 0

Apprécier les petites choses | Sabrina Massé

J'ai eu la chance d'acheter ma première maison à 24 ans. Âge honorable je trouve. Mon bacc en poche, nouvellement mariée, c'était la suite logique dans ma tête, avant d'avoir des enfants.

Puis on a eu une première fille... Et une deuxième deux ans plus tard. N'ayant qu'un modeste petit bungalow avec deux chambres à l'étage, je commençais à nous trouver à l'étroit. On les a finalement installé les deux dans la même chambre après quelques mois de cohabitation avec bébé 2. Tout s'est bien passé, et deux ans plus tard, c'est toujours le cas.

Je rêvais de leur offrir chacune leur propre chambre, et tous aux rez-de-chaussée. J'ai donc convaincu mon chum de mettre notre maison à vendre. Ce que l'on a fait, avec ma forte croyance qu'on emménagerait dans une graaaaaande maison quelques mois plus tard. Les nombreuses visites se sont succédées... Toujours sans offre...

Je me suis découragée, j'étais déçue, limite fâchée... Comme je le suis toujours quand je ne réalise pas un projet qui me tient à coeur d'ailleurs...
Puis au réveillon du jour de l'an dernier. Ma plus jeune tombe malade, je passe une nuit à l'urgence avec elle pendant que ma plus grande reste avec son père. Avant de se coucher elle demande à son papa si elle peut dormir avec lui, elle ne veut pas être seule...

Of course..Depuis presque deux ans sa petite soeur dort à quelques pieds d'elle, toutes les nuits. Elles ne sont jamais seules.

Pis ça m'a frappé.

Elle m'avait jamais demandé une chambre à elle.

JE voulais qu'elles aient leurs chambres.
Mais présentement, elles vivent bien comme ça... C'est leur petit monde...

S'en est suivi des semaines d'introspection... Du pourquoi je voulais tant partir...

J'en suis venue à la conclusion que bah... Si ce n'est que pour avoir plus d'espace question d'amasser davantage de possessions... Je n'avais pas tellement d'arguments valides.

Je voulais une plus grande maison parce que ça m'apparaissait une continuation de ma suite logique dans ma vie. Ça prends une grande maison, point.

Je déteste le bordel et j'augmenterais ma surface possible à mettre le désordre. Je déteste passer mes journées d'été sur mon terrain et donc je décuplerais mes pieds carrés afin de passer encore plus de temps à arranger du gazon et des arbustes qui m'énervent. Sans oublier le compte d'hydro et de taxes qui monteraient en flèche. Mais pourquoi? Pour flasher que j'ai un gros îlot Pinterest dans ma cuisine blanche?

Fuck off.

Ce à quoi j'aspire, c'est d'avoir les sous pour voyager avec mes enfants et mon chum chaque année.

C'est de continuer à aller bruncher le dimanche matin avant d'aller faire du lèche vitrines tranquille.
C'est sortir avec mes enfants un peu partout et faire des activités quand ça nous chante .

Pas payer ma grosse hypothèque because it's cool to have a big ass house. Parce que on dit que tu as réussis dans la vie quand tu t'es bâti dans le quartier trendy de ta ville.

Ben moi je veux pas ça, je veux plus ça.

Je veux vivre, sortir, m'amuser, et ne pas passer mes étés de congé à repenser mon aménagement paysager.

Ce mois-ci, on commence la nouvelle déco de mon petit bungalow, chose que je n'ai jamais pris le temps de faire en six ans,

Et j'ai jamais été aussi excitée de faire de notre maison, notre vrai chez nous.

Sabrina Massé



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire